Pour préserver les hôtes des sous-bois…

IMG_2276_redimensionner

Toujours inscrit dans une dynamique de mobilisation et de sensibilisation concernant les menaces qui pèsent sur la faune sauvage de nos forêts, je vous fais part de quelques adresses, sites et autres liens engagés.

A consommer sans modération!!

Et à vous de vous faire une idée sur la ou les questions soulevées, si ce n’est déjà fait…

dossier_cacc-00001

dossier_cacc-00002

dossier_cacc-00003

dossier_cacc-00004

 dossier_cacc-00005

dossier_cacc-00006

dossier_cacc-00007

dossier_cacc-00008

dossier_cacc-00009

dossier_cacc-00010

dossier_cacc-00011

dossier_cacc-00012

 

Des images qui parlent d’elles même…

Un autre site incontournable en ce qui me concerne, celui de l’ASPAS.

presentation-ASPAS-00001

 presentation-ASPAS-00002

 Le fameux R.A.C, pour moi en tout cas. Ne pas hésiter à lire leur manifeste.  

manifeste_rac

Le site C.V.N (convention vie et nature). Je m’imprègne régulièrement de leurs actions.

 

Un avant goût de leur « combat » à travers leur charte que je m’empresse de vous livrer.

La CONVENTION VIE ET NATURE POUR UNE ECOLOGIE RADICALE est un mouvement de réflexion et d’action qui entend promouvoir de nouvelles idées fondées sur deux principes :
1° – L’homme devenu omnipotent par sa technologie et la surpopulation doit établir un nouveau rapport avec le monde où il vit, et dont il est devenu pleinement responsable.
2° – Il doit se réconcilier avec la nature et développer les qualités lui permettant de vivre en harmonie tant avec ses semblables qu’avec les autres êtres vivants, dans le respect de la diversité biologique.
Le combat pour l’écologie est donc d’ordre politique, économique, social, juridique, culturel, scientifique, technique, philosophique et comportemental. Il ajoute aux droits de l’homme une dimension écologiste. Le droit à un environnement sain est un droit fondamental, constitutif de tous les autres, car dans un univers privé d’espace, d’arbres, d’eau ou d’oiseaux, il n’y a de liberté qu’illusoire.
L’écologie est le seul courant de pensée de notre époque qui propose une remise en question profonnde des structures de la société, de nouveaux rapports avec les hommes,avec le travail, la nature, le Tiers-Monde, qui table sur l’équilibre global du monde et de la planète, qui offre l’espoir de mettre un terme définitif à l’économie qui épuise, au travail qui aliène, à la culture qui abrutit.

Les politiques traditionnelles ont toutes fait la preuve de leur incapacité à résoudre les graves problèmes qui se posent déjà à l’humanité et à la planète. Une économie responsable ne peut plus se livrer au pillage de la nature, mais doit veiller à l’utilisation respectueuse des ressources, à leur partage équitable et à une nouvelle organisation du travail et du commerce. Cette préoccupation ne peut s’arrêter aux portes du monde occidental, qui continue d’imposer au Tiers-Monde son modèle catastrophique. Un système politique soucieux du bien public sur le long terme induit nécessairement une autre conception de la démocratie. De nouvelles structures de décision, des référendums d’initiative populaire, le contrôle des finances publiques, la suppression d’un sénat de notables ruraux, la construction d’un pouvoir juridictionnel européen, d’organismes internationaux de protection de l’environnement sont, entre autres mesures, des objectifs impérieux.
Les énergies propres et renouvelables doivent être systématiquement développées au détriment du pétrole et du nucléaire, et de l’expansion inconsidérée des transports. L’agriculture productiviste empoisonne les éléments, épuise les terres, détruit les paysages, martyrise les animaux. Les manipulations génétiques et le brevetage du vivant font courir à l’ensemble de la diversité biologique des risques encore insoupçonnés. Il est urgent de recourir à des pratiques respectueuses et de soumettre l’avancée des sciences et des techniques à un contrôle éthique des citoyens.
L’homme partage la terre avec d’autres êtres vivants qu’il convient de respecter et de protéger. Les animaux étant des êtres sensibles doivent devenir sujets de droit. Toutes les pratiques cruelles (chasse, expérimentation, corrida, élevage intensif …) méritent de disparaître des vraies démocraties.
Il faut dénoncer l’idéologie destructrice du développement, de l’anthropocentrisme, de la propagande marchande et de la société de consommation. C’est à ce prix que pourra être menée une véritable politique de l’environnement, qui protège effectivement les millieux, les sites, le climat, etc. C’est à ce titre que pourra être menée une politique qui respecte la vie et la nature.

L’écologie n’est donc pas un « retour à la terre » mais l’écriture d’un nouveau chapitre de la pensée politique. Il faut en finir avec les mythes du développement infini sur une planète limitée, de la croissance quantitative, du progrès destructeur, avec les pratiques cruelles envers les hommes et les animaux comme avec les traditions qui les justifieraient, avec les pouvoirs de l’argent et de la technoscience, les logiques de consommation, les divertissements dégradants. Au moment où les républiques se sont sclérosées dans le clientélisme, où le socialisme s’est effondré, où le libéralisme impose son ordre : l’arbre pour l’abattre, l’animal pour le torturer, l’homme pour l’exploiter, le monde pour l’avilir, il est grand temps de repenser la société et de lui faire franchir une nouvelle étape vers plus de sensibilité, de conscience et de compassion. Repenser entièrement le monde devient un défi. En ce sens, au-delà des mentalités, des nationalités, des ethnies, des religions, des communautarismes, doit émerger une critique révolutionnaire, c’est-à-dire impliquant un changement total, immédiat et profond. Ce changement est urgent. Car les autres questions, aussi graves soient-elles, paraîtront toutes secondaires quand il s’agira de savoir si la vie sera encore possible demain sur Terre.

mailto:cvn.contact@gmail.com 

Je vous contrains à un peu de lecture mais c’est pour la bonne cause, celle que je souhaite défendre en tout cas. De nombreux liens amis existent sur les sites mentionnés, à vous d’aller prospecter si le coeur vous en dit.

Bien à vous.

 
 

Une matinée avec mes filles et un roi

IMG_3074_redimensionner

« Demain, les filles je vous emmène écouter les cerfs bramer ». Assentiment général des principales intérréssées, le projet est validé. Direction un domaine privé à 1h30 de route au sein duquel le spectacle reste garanti. J’aurais tellement aimé proposé cette prestation sonore dans le domaine forestier bellifontain mais comme le clamait l’un de mes précédents articles, le brame en forêt de Fontainebleau ce n’est pas l’extase, loin de la!! J’ai donc opté pour plus de « facilité » en allant dans cette forêt privée. Voici donc une petite série d’un beau prince en pleine rhétorique du désir.

Pour une sensibilisation auprés du grand public sur le fait que les forêts se vident de façon alarmante de leurs grands seigneurs…

 

Alerté par les raires d’un cerf au loin, j’emmène ma petite troupe, à l’oreille, vers le lieu où notre baryton officie. Avec mes petites sioux, nous approchons sans trop de bruits vers cette arène sonore. Et puis soudain nous l’apercevons, couché et somnolant, certainement épuisé par ses joutes nocturnes.

IMG_3042_redimensionner

Rampant parmis les fougères, mes elfes sylvaines et moi tentont de réduire la distance qui nous sépare de cette superbe créature (aux mensurations parfaites…).

IMG_3058_redimensionner

Un rival  signale sa présence non loin de là par une puissante mélodie et la réponse ne tarde pas. Ma plus petite en tremble d’émoi mais quelles sensations!!

IMG_3060_redimensionner

  

 IMG_3066_redimensionner

 

IMG_3085_redimensionner

 

Le roi dans son habit de fougère

 

IMG_3094_redimensionner

 

IMG_3123_redimensionner

 

Un véritable régal pour les mirettes et les oreilles. Mes filles sont reparties avec des souvenirs plein la tête et une mutitude d’étoiles dans les yeux.

 

IMG_3124_redimensionner

 

 

 

Coup de gueule!!

IMG_3181_redimensionner

Une petite campagne militante en faveurs des hôtes de nos sous-bois.

Dans notre bel hexagone, les animaux sauvages ne possèdent aucun droit, sont réduits à l’état de choses qu’il est possible par conséquent de chasser, prélever, dégommer, zigouiller, massacrer… j’en passe et des meilleures.

   Sachez que la France détient le triste record du nombre d’espèces susceptibles d’être chassées. Elle se distingue à ce sujet nettement de ses voisins européens pour ne citer qu’eux. C’est le pays d’Europe où le plus grand nombre de chasseurs chasse le plus longtemps le plus grand nombre d’espèces!!  

   La collusion entre les pouvoirs publics et le monde de la chasse est assez effrayante. Les différentes associations de protection de la Nature ont clairement mis en évidence les liens étroits qui unissent les chasseurs aux parlementaires, ministres, hauts fonctionnaires et autres représentants étatiques.

  Des recours juridictionnels sont systématiquement engagés à l’encontre des arrêtés préfectoraux qui viennent, en toute illégalité, appuyer les exactions commises par les chasseurs quand ils ne permettent pas de tolérer le braconnage organisé. Mais qu’il est difficile de s’attaquer à sa majesté cynégétique!!

    « A l’épreuve des faits, on découvre une féodalité cynégétique fermée, murée dans ses privilèges, cramponnée à une classe politique servile et irresponsable, une corporation soucieuse de ne rien céder et prompte à frapper d’ostracisme ceux qui osent la remettre en cause » (Gérard Charollois).

Afin de soulever le voile sur certaines zones d’ombre pour ne pas dire opaques, de mettre en exergue des contrevérités, d’appréhender la façon de penser de la chasse à la française, une mentalité quelque peu singulière, je vous conseille vivement la lecture de deux ouvrages de référence en la matière.

 IMG_3181_redimensionner

 

Et pour clore cet article militant, et fier de l’être!!, une pétition orchestrée par l’ASPAS afin d’interdire la pratique de la chasse le dimanche.

N’hésitez pas à faire circuler afin de lutter contre ce lobbying!!

Petition-chasse-dimanche

 

 

 

Marcassins d’automne

IMG_3152_redimensionner

Toujours aussi attendrissantes ces petites boules de poils. Une rencontre effectuée avec mes filles. J’ai du batailler ferme pour ne pas en rammener un sous le manteau et « l’adopter » comme elles disent. Le problème, c’est que ça grandit ces mignonnes peluches…

IMG_3134_redimensionner

 

IMG_3140_redimensionner

 

IMG_3142_redimensionner

 

IMG_3152_redimensionner

Vermiller pour trouver sa pitance

IMG_3157_redimensionner

Rien de tel qu’une douce séance de gratouillage

IMG_3166_redimensionner

 

IMG_3167_redimensionner

 

Mes prochaines manifestations

IMG_6279_redimensionner

Une petite liste de mes prochaines expositions, conférences (quel titre pompeux…) ou autres manifestations pour les trois mois à venir.

Au plaisir de vous y rencontrer (vous n’etes bien sur pas contraint de venir à toutes ces manifestations!!!).

- Mercredi 16 octobre, exposition-conférence à la bibliothèque de la Chapelle-la-Reine, de 15h à 17h. Rencontre dediée aux enfants en priorité.

- Du 19 octobre au 10 novembre, exposition au Chateau des Bouillants à Dammarie-les-Lys, vernissage le vendredi 18 octobre à 18h30 (pour les amateurs de petits fours et de champagne…).

2013-FMC-SAP-invit-1[1]

 

- Dimanche 20 octobre (11h-17h), participation à la journée « STEVENSON » à Recloses.

20octobre_R_W

 

- Du 6 au 11 novembre, exposition à Grez sur Loing, salle polyvalente Fernande Sadler de 10h à 18h. Vernissage mercredi 6 novembre à 18h30 (prestations excellentes, j’ai déjà testé lors de la précédente édition…).

AFFICHE_A4.psd

- Week-end du 11 novembre, exposition à la Maison des Compagnons, Fontainebleau avec le collectif « Croisons nos regards (collectif de photographes passionés par la foret de Fontainebleau dont je suis un membre fondateur). Ce projet est à l’étude donc pas d’informations supplémentaires pour le moment. Mais il n’est pas impossible qu’il y ait un petit vernissage afin de présenter notre ouvrage collectif!!!).

- Samedi 16 et dimanche 17 novembre, participation à l’exposition artisanale de Nemours, salle communal des Tanneurs (face à la poste), de 9h à 19h.

- Samedi 30 novembre et dimanche 1er décembre, salon du livre de Bourron-Marlotte, Espace Jean Renoir, de 10h à 17h.

- Dimanche 15 décembre, Marché de Noel de Bois-le-Roi, Place de la Gare.

Il est pas impossible que je cède à la tentation d’un autre marché de Noel mais j’hésite encore… 

Bon, après tout ça, j’hiberne un peu et on verra ce qu’il adviendra pour 2014.

 

 

Plaidoyer pour un raire…

IMG_5802

    La plus belle saison de l’année pour moi et pourtant, années après années, un goût de plus en plus amer m’envahit. En dépit de mon jeune âge…, je suis déjà sous l’emprise d’une certaine nostalgie. Une époque où le brame en forêt de Fontainebleau rimait avec de véritables opéras nocturnes. Cette rhétorique du désir  pouvait s’exprimer avant le coucher du soleil ou bien dés le petit matin. J’utilise malheureusement l’imparfait car j’ai l’intime conviction, pour arpenter le terrain dés que j’en ai l’occasion, que je mentionne un temps hélas révolu. Bon, certes je ne possède pas le don d’ubiquité et par conséquent je ne peux être en maints endroits différents simultanément mais mes places-repères (de brame) trahissent un inquiétant silence. Où sont passées les joutes sonores matinales, les échos de fins de soirées, les rencontres avec les grands seigneurs jalousant farouchement la harde nombreuse. Je suis triste et ce sentiment s’intensifie au fil du temps. A qui la faute? Une pression cynégétique dévastatrice, une surfréquentation du massif durant cette période (effet de mode du brame et les cohortes de bipèdes si souvent peu respectueuses de cette saison des amours à la sauce cervidée, poussée mycologique qui pousse sur les chemins et dans les parcelles des hordes de ramasseurs…), j’en passe et des meilleures.

Je suis nostalgique, triste et inquiêt. Quelques rencontres néanmoins mais de plus en plus rares.

Un signe caractéristique de la moindre présence des grands seigneurs des forêts, de nombreuses biches suitées qui se promènent nonchalemment sans subir les assauts de ces derniers.

IMG_2356_redimensionner

IMG_2791_redimensionner

IMG_2831_redimensionner

Et puis d’un coup un Monsieur qui surgit et qui semble dire : « Vous n’auriez pas vu passer mes biches par hasard? »

IMG_2835_redimensionner

 IMG_2352_redimensionner

Les frères daguets

IMG_2822_redimensionner

 

IMG_2824_redimensionner

 En habit de camouflage

IMG_2867_redimensionner

 

IMG_2906_redimensionner

« T’es qui toi? »

IMG_2893_redimensionner

 

IMG_5638

 

IMG_2900_redimensionner

 

IMG_5802

 

IMG_2946 

La suite dans quelques jours…