Vers une forêt sans cerfs?

IMG_6893

Voici un texte que nous avons envoyé avec un ami des bois et de la faune sauvage de la forêt de Fontainebleau (François, il se reconnaitra) au préfet afin de le sensibiliser au déclin plus qu’alarmant de la population de cervidés dans ce domaine forestier. Une goute d’eau dans un océan, peut-être, mais une action qui aura eu au moins le mérite d’exister et qui devrait déboucher sur d’autres.

IMG_6893

Voici le texte

OBJET : Disparition des cervidés. Demande de réduction du plan de chasse.

Monsieur le Préfet,

Nous avons pris la plume afin de vous exposer une de nos préoccupations concernant le massif forestier de FONTAINEBLEAU : la disparition régulière de nos grands animaux.

Nous, signataires de la présente, vivons la forêt à différents titres, du promeneur au photographe averti, depuis une vie pour certains, plus de vingt ans pour d’autres, et plus récemment pour les derniers, celle-ci fait partie de notre monde et incarne une passion.

Nous pouvons préciser, sans nous tromper, que nous y passons au moins autant de temps que les professionnels de la forêt, nous la connaissons plus profondément, et dans le détail de chaque heure du jour et de la nuit, car elle est indispensable à l’équilibre de nos vies. Vous n’êtes pas sans savoir que la richesse de sa faune et de sa flore en fait un massif exceptionnel.

Aussi, nous souhaitons attirer votre attention sur les constatations faites depuis plusieurs années maintenant, sur la disparition devenue préoccupante des grands animaux.

Cette disparition trouve son origine dans différents faits, tel le braconnage (en augmentation constante), la gestion des plans de chasses (également en augmentation), auxquels viennent s’ajouter les accidents routiers.

Cette éradication trouve ses adeptes parmi certains professionnels, dont l’O.N.F. qui constate les dégradations sur les plantations et retire des profits substantiels ‘grâce’ aux chasses organisées, les chasseurs aux principes de gestion non reconnus de tous. L’O.N.F. dispose de différents moyens pour la régénérescence des parcelles, qui peuvent être utilisé plus largement. Pour les chasseurs, il se tire assez de cartouche, même en dehors des périodes de chasse, pour satisfaire le lobby de ce hobby. La pression cynégétique est très importante en termes de jour sur le massif forestier.

Nous sommes convaincus que les comptages effectués et leurs interprétations, ne reflètent pas la réalité du terrain. Les évaluations faites sont, au final, bien optimistes. Faut-il  y  voir    le  moyen déguisé d’augmenter les plans de chasse ? Ceux-ci, maintenus année après année, ont conduit à une chute particulièrement importante du nombre d’animaux dans le massif.

Il faut également ajouter aux causes de disparition mentionnées ci-dessus, le nombre élevé d’animaux blessés qui vont crever plus loin, sans être recherchés bien sûr, les ‘oublis’ ou les ‘erreurs’ des sociétés de chasse qui ne viennent pas impacter le nombre de bracelet utilisés, faussant au final de façon importante, la réalité des chiffres.

Madame Nicole KLEIN, qui vous a précédé dans vos fonctions, a demandé une augmentation du plan de chasse 2014/2015, par l’abattage supplémentaire de cinquante têtes de cervidés sur le massif, notamment des biches contre l’avis même de l’O.N.F et de chasseurs. L’application d’une telle décision, entrainerait la disparition à très court terme des cervidés en forêt.

Aussi, le but de notre appel, de notre cri d’alarme, est de vous sensibiliser par rapport aux plans de chasse à venir, à la restauration progressive d’un cheptel acceptable et supportable par tous qui aille au-delà de ce qui est le but aujourd’hui, à savoir pour 100 ha, un cervidé, deux chevreuils et trois sangliers.

De notre point de vue, il convient donc pour l’année prochaine de supprimer du plan de chasse les 50 cervidés ajoutés pour la saison 2014/2015, et de réduire encore de 50 cervidés, le plan de chasse appliqué depuis des années.

Les dégâts constatés ne justifient en rien cette éradication, et s’il semble naturel de favoriser l’activité humaine, il est non moins naturel de partager l’espace avec les différentes espèces, pour l’épanouissement de tous, et l’harmonie de chacun.

Vous nous opposerez certainement la sécurité routière.

Nous avons sur ce point des propositions à vous faire (pour cesser de constater des vitesses bien supérieures à 100 Km/h sur des petits axes de circulation et les grandes lignes droites existantes). Telles la fermeture de certains tronçons comme celui de la route ronde, et la limitation de vitesse à 70 km/h sur l’ensemble des axes du massif forestier, naturellement accompagnée de contrôles de vitesse mobiles permanents, qui permettront sans aucun doute de financer les dits contrôles, ainsi que d’autres mesures utiles à la protection du massif, comme l’engrillagement des parcelles par l’O.N.F. Nous pourrons à votre convenance vous détailler ces propositions.

La période de brame du cerf qui se termine, est un bon outil de mesure de la vitalité des cervidés en forêt, et cette année, au grand dam de tous, le brame, plus que jamais réduit à presque rien, tombe en déliquescence.

Si la politique appliquée depuis dix ans persiste, le massif forestier de FONTAINEBLEAU ne sera plus connu que pour le commerce des charmes tarifés qui y est pratiqué de plus en plus intensément sur chacune de ses voies de circulation.

De plus, en sillonnant sentiers et coulées, il apparaît très nettement que l’entretien n’est plus aussi efficace, car les ronces et autres plantes mangées habituellement pas ces animaux, prolifèrent et augmentent le risque d’incendies ravageurs sur le massif.

Les communes vont voir augmenter les taxes des zones forestières pour le soi-disant entretien de celles-ci, taxes que nous, citoyens, devront payer, alors vous comprendrez notre détermination à être acteurs, et à influencer la politique mise en place, pour ne pas être uniquement des payeurs dociles et silencieux.

Nous sommes disposés et volontaires pour travailler avec vous au changement de politique de gestion cynégétique, vous détailler nos propositions, et sur le terrain, rendre compte des constatations faites, chacun à la mesure de ses connaissances. Nous pourrons ainsi entretenir une forêt accueillante, attrayante et instructive pour nos écoliers, nos passionnés de nature, et tous ceux qui y trouve équilibre et respect.

Nous défendons une cause qui se doit d’être entendue par les autorités.

Voyez en la présente, le signal de notre réelle détermination à voir se restaurer la faune de notre forêt.

Nous souhaitons ardemment trouver en vous une oreille attentive, et une bienveillance constructive, qui permette à tous de continuer à profiter au quotidien des petites satisfactions que nous procure ce massif forestier, bien utiles dans une société toujours plus difficile à vivre.

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l’assurance de nos respectueuses salutations.

 IMG_3221